☼                                                          Mercredi 27 mai


D'où vient l'inspiration ?

La réponse d'auteurs et d'illustrateurs jeunesse sur l'inspiration...

par les éditions Les 400 coups


Nous vous invitons à faire connaissance avec Anaïs Vaugelade

à travers ses albums, bonne lecture !


☼                                                          Mercredi 20 mai


Être conteur aujourd'hui,

écoutez le témoignage du grand conteur libanais Jihad Darwiche


Vous découvrirez l'analyse de l'oeuvre du grand auteur japonais de mangas et de films d'animation

Regardez Hayao Miyazaki et l’art pour les enfants, Partie 1/2

Hayao Miyazaki et l’art pour les enfants, Partie 2/2


☼                                                          Mercredi 13 mai


Nous félicitons l'auteure-illustratrice
considéré comme le Prix Nobel de la littérature jeunesse.
En attendant de retrouver les albums d'Albertine au Biblio-Club,
nous vous proposons l'article suivant afin de découvrir ce grand événement.

En attendant de retrouver les albums au Biblio-Club, à propos de tour du monde,

deux articles assez théoriques, mais qui expliquent bien qu'un album pour enfant bien conçu, c'est vraiment un travail sérieux...

Être auteur illustrateur en littérature jeunesse, cela ne s'improvise pas.

Voici donc les analyses des albums :

 

Comment j'ai appris la géographie de Uri Schulewitz, chez Kaléidoscope

 

Et Madlenka de Peter Sis, chez Grasset


☼                                                            Mercredi 6 mai



☼                                                         Mercredi 29 avril


Augustin Trapenard a reçu la grande auteure Susie Morgenstern

dans son émission Boomerang, sur France Inter


"Lire et rire ou l'humour dans la littérature pour l'enfance", compte-rendu des 18ème journées d'Arole, 2013 par Isabelle Decuyer.
Dans cet article, vous trouverez les points de vue
de plusieurs grands auteurs et illustrateurs de cette littérature,
tels que Susie Morgenstern, Gilles Bachelet et bien d'autres. Bonne lecture !

☼                                                         Vendredi 17 avril


Hommage à Luis Sepúlveda

 

Hommage à Luis Sepúlveda : c'était un auteur, un auteur pour adulte, qui écrivait merveilleusement bien pour les enfants...

Il est mort en Espagne, du Covid19, le 16 avril 2020.

Nous avons au Biblio-Club l'histoire du Chien Mapuche, l'histoire du Chat qui apprit à une mouette à voler, l'histoire de l'Escargot qui découvre l'importance de la lenteur, et aussi celle du Chat et de la Souris qui devinrent amis.

Ici, il parle du dernier livre qu'il a écrit, pour adulte. Écoutez sa voix, découvrez sa vie, et l'ampleur de son œuvre.

France Culture - Hommage à Luis Sepúlveda

 

 

La mouette et le chat de Sepúlveda

Atteint du Covid-19, l’écrivain chilien Luis Sepúlveda est mort à l’âge de 70 ans, à Oviedo en Espagne. En 2014, Jean Verrier lui avait consacré cet article que nous republions.

Existe-t-il vraiment des livres réservés à la jeunesse ? Un « bon livre pour la jeunesse » n’est-il pas un bon livre pour les adultes ? En voici un que je redécouvre sur les rayons de ma bibliothèque. Son auteur, Luis Sepúlveda, est né au Chili en 1949. Militant politique, condamné à 28 ans de prison, il en a passé deux dans les prisons de Pinochet. Exilé, il a milité à Greenpeace et à la Fédération des Droits de l’Homme. Il s’est installé à Hambourg où il a été journaliste. Son premier roman, paru en 1992, Le Vieux qui lisait des romans d’amour, a connu un succès mondial. Et si les vieux lisent des romans d’amour, les vieux ne peuvent-ils pas aussi prendre un plaisir extrême à lire des romans pour la jeunesse ? L’histoire de la mouette et du chat qui lui apprit à voler a paru en 1996 dans une traduction d‘Anne-Marie Métailié qui en a également assuré l’édition avec les éditions du Seuil. C’est une fable à la manière de La Fontaine, avec des animaux qui parlent, une histoire qui est celle d’un moraliste, des leçons à tirer par les lecteurs de tous âges. Il en existe une édition illustrée et un film d’animation.

La mère de l’héroïne a été prise au piège d’une vague de pétrole déversé au large du port de Hambourg. Elle a juste réussi à se réfugier sur un balcon où trône Zorbas le gros chat noir que son jeune maître vient de quitter pour quelque temps. Elle n’est pas très appétissante et le chat ne peut que se montrer généreux. Il appelle les autres chats du quartier à la rescousse mais ils ne savent pas comment nettoyer une mouette malade du pétrole. Juste avant de rendre l’âme, elle pond un oeuf et fait promettre à Zorbas d’en prendre soin jusqu’à la naissance du poussin… et de lui apprendre à voler.

C’est alors que commence l’aventure. Les amis de Zorbas renoncent à en faire une omelette, mais comment s’occuper d’un œuf de mouette quand on est un chat ? Comment apprendre à voler à une mouette quand on ne sait pas voler soi-même ? On conseille à Zorbas de couver l’œuf : « de 17 à 30 jours selon l’espèce » ont-ils lu dans un livre du bazar de vieil Harris. Mais quand l’oeuf éclot et que le poussin s’écrie « Maman », Zorbas ne sait que répondre. Ensuite il faudra nourrir le poussin de mouette avec des araignées et des mouches, le protéger des chats voyous, négocier la cohabitation avec le chef des rats. Cependant le poussin devient une gracieuse oiselle. On la baptise « Afortunada » selon le rituel des chats du port. Il faut alors rechercher dans les livres du bazar (on n’est pas encore à l’âge d’internet) la méthode pour apprendre à voler. La machine à voler de Leonard de Vinci (tome 12, lettre L de L’Encyclopédie) ne se révèle pas d’un grand secours, mais surtout un obstacle psychologique a surgi : la jeune mouette ne veut pas voler, elle veut être un chat. Zorbas doit convaincre Afortunada : « Nous sommes fiers que tu veuilles être comme nous, mais tu es différente et nous aimons que tu sois différente. » Ce discours et la vue de trois mouettes volant très haut dans le ciel, puis le récit d’un vieux chat-loup-de-mer sauvé par un vol de mouettes, finissent par la convaincre, mais ne font pas disparaître sa peur, d’autant que techniquement l’apprentissage du vol en chambre ne progresse pas. Alors les chats décident de vaincre le tabou et de miauler la langue des humains. Ils vont demander l’aide d’un poète, celui des humains qui vole avec ses mots…

Le souvenir que je garde de ce livre (car nous ne vivons que sur des souvenirs de nos lectures) est étroitement lié à une lecture à haute voix que j’ai faite de ce livre, il y a quelques années, à deux de nos petites-filles, Manon et Juliette. Elles devaient avoir respectivement 6 et 3 ans. Je crois bien me souvenir que je leur ai lu tout d’affilée dans leur chambre, ou alors en deux fois. C’est de la fin de ma lecture dont je me souviens tout particulièrement. J’avais senti peu à peu ma gorge se serrer, ma voix devenir un souffle, mes yeux commencer à piquer. Je me demandais si j’arriverais au bout de ma lecture.

« Je vole ! Zorbas ! Je sais voler ! criait-elle (…) Zorbas resta à la contempler jusqu’à ne plus savoir si c’étaient les gouttes de pluie ou les larmes qui brouillaient ses yeux jaunes de chat noir et gros, de chat bon, de chat noble, de chat de port. »

J’avais enfin pu atteindre mon port à moi, le point final. Manon, la plus grande, ouvrait la bouche, Juliette, la petite, devinant qu’il se passait quelque chose, jetait des regards inquiets alternativement vers sa sœur et vers moi. C’est alors que Manon, après un temps de silence, s’est écriée : « Ah ! je voudrais savoir lire ! »

Coup de cœur, cri du coeur, lire à en pleurer.

Jean Verrier


☼                                                         Mercredi 15 avril


Par Denis Guiot, directeur aux éditions Syros des collections Mini Soon et Soon

Que peut apporter la science-fiction à de jeunes lecteurs ?


☼                                                              Mardi 14 avril


"Et si l’obligation de rester chez eux redonnait le goût de lire aux plus jeunes ?

Nous avons interrogé trois « monstres sacrés » de la littérature jeunesse

sur la situation" (Le Monde du 13 avril) :

Pef, Ponti, Solotareff : les enfants, la lecture et le confinement


☼                                                         Vendredi 10 avril


À travers cette interview,

découvrez l'univers d'un des plus grands auteurs de littérature de jeunesse :

Marie-Aude Murail.


Nous vous proposons un autre regard sur la littérature jeunesse

et plus précisément du côté des

bibliothèques de New York


☼                                                                Jeudi 9 avril


Pour les parents, nous avons décidé de vous envoyer,

en plus d’un choix d’articles sur l’analyse du bouleversement des relations familiales généré par notre situation inédite,
des liens pour découvrir la richesse de la planète « littérature jeunesse »…
Ne soupirez pas, on a tout bonnement décidé de vous envoyer

« À l’école du livre jeunesse » du SLPJ

(association qui gère le salon de Montreuil, chez qui nous aimons aller nous former) !

Installez-vous dans le Salon 10ème art, créé pour la période de confinement

ou découvrez les meilleures des parutions, des rencontres d'artistes avec Kibookin

ou encore les sélections Pépites par année


☼                                                                Lundi 6 avril


Retrouvez l'émission de France Culture Lectures d'enfance

L'actrice Coralie Seyrig lit et commente

L'histoire de Babar le petit éléphant de Jean de Brunhoff


☼                                                        Mercredi 1er avril


En hommage à Albert Uderzo, nous vous proposons son portrait

présenté par l'INA (Institut National de l'Audiovisuel)