Découvrez dans cette interview,

enregistrée au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse 2019,

Cathy Cassidy,

l'auteure de la série les Filles en chocolat et Lexie Melody,

en attendant de les choisir pour vos lectures d'été !


WEEK-END SPÉCIAL HARRY POTTER sur France Culture !

avec rediffusion en deux parties (samedi 6 et dimanche 7 de 14h à 18h)

de la lecture de l'école des sorciers, par Bernard Giraudeau

(disponible sur le site pendant 48h)

Vendredi 5 matin, interview d'Anne Besson,

autrice d'un dictionnaire de la fantasy, aux éditions Vendemiaire


Contes et légendes :

Réponses au QUIZ Harry Potter

Julie avait envoyé à ses lecteurs Romangeurs trois quiz

sur les trois premiers tomes d'Harry Potter (au 29 avril ci-dessous)

Voici les réponses !


Après les feuilletons de Thésée, voici le Feuilleton d'Hermès,
édité par Bayard jeunesse.
1er épisode lu par son auteure Murielle Szac

La connaissez-vous ?

Elle s'appelait Nellie Bly

Elle vivait à l'époque de Jules Verne.

Elle a fait le tour du monde en... 72 jours !


La nouvelle des Romangeurs !

 

Julie a proposé aux Romangeurs confinés un exercice difficile :

l'écriture d'une nouvelle sous la forme de "cadavres exquis".

Elle n'a donné que le prénom et l'âge des héros.

Pour le reste, chacun devait écrire une partie du texte, désignée par Julie :

l'un le début, un autre le personnage qui faisait basculer l'histoire, un troisième les aventures, ... jusqu'au dénouement final. Bien sûr sans se consulter !

Six d'entre eux ont joué le jeu,, Julie de tous leurs textes a tiré une bien jolie nouvelle pleine d'aventures et d'imagination en respectant au plus près chacun de leur texte.

À vous d'apprécier le résultat étonnant de leur travail.

 

Voici donc Les aventures de Gwendoline et Gidéon

 

signée de Alanna, Lélio, Clément, Jade, Émeline et Sarah :

 

Il était une fois, deux enfants. Ils s’appelaient Gwendoline et Gideon et allaient sur leur douzième année.  A leurs visages, on aurait pu croire qu’ils étaient jumeaux...

 

Gwendoline avait les cheveux blond doré et les yeux bleu azur. Avec ses pommettes roses, elle avait l’air d’une princesse. Gideon, lui, a aussi de beaux cheveux, des yeux bleus pétillants, la seule différence est qu’il a une petite fossette.

Seulement, en réalité, ils ne se connaissent pas.

 

Gwendoline, surnommée Gwen, vit dans la ferme de son père, riche fermier et tapissier du comte d’Aquitaine. Gwen aide sa mère à faire les tapisseries, elle aime cela mais préfère quand elle aide son père aux champs. Elle a deux frères : l’un plus grand et l’autre plus petit. Elle adore apprendre et c’est ainsi qu’elle va chaque jour chez le curé de la ville pour apprendre à lire et écrire. Gideon, lui, est le fils du comte d’Aquitaine, il est le plus grand de ses enfants et donc son héritier. Sa mère est morte en donnant naissance à sa sœur. C’est pour ces deux raisons qu’il est énormément chouchouté. Il assiste souvent aux buffets royaux et à quelques réunions du conseil. Il bénéficie d’une grande éducation mais n’aime pas trop ça. Il est plutôt paresseux.

 

 L’histoire commence un samedi en 1567, le jour où, pour la première fois, le père de Gwen accepte de l’emmener avec lui vendre ses tapisseries à la cour du comte.

Gideon, lui, est contraint d’assister à la vente et au dîner qui suit, ce qui, on peut le dire, ne le ravit guère :

« Père ! Pourquoi suis-je obligé d’assister à cette vente ? Se plaignit Gideon.

- Parce que tu es mon héritier, voyons répondit son père.

- A quoi pourrait donc me servir cette vente, soupira Gideon, pour choisir des tapisseries, il me suffit de prendre celles qui me plaisent.

- Tu ne comprends vraiment rien ! s’énerve son père. C’est primordial d’apprendre à reconnaître les vraies des répliques. Et ce dîner te permettra de rencontrer mon tapissier. Tu n’as pas intérêt à répliquer ! La discussion est close !»

Là-dessus, il s’en alla, laissant son fils seul.

 

Peu de temps après, Gwendoline arriva avec son père. Elle était enchantée de pouvoir assister à la vente, de pouvoir, enfin, pénétrer dans ce château magnifique qui dominait la vallée. Ils entrèrent. Gwendoline était éblouie par la beauté du lieu, elle ne put s’empêcher de regarder tout autour d’elle. Elle admirait tout, du sol au plafond, les tableaux, les sculptures, les tentures… C’était d’un luxe ! Elle n’était certes pas à plaindre mais quelle vie tout de même ! Mais bientôt, elle se rendit compte qu’elle ne voyait plus son père, elle était perdue ! Quelle sotte ! A force de suivre les papillons, évidemment qu’elle s’était égarée ! Et maintenant, il fallait qu’elle retrouve son chemin dans un immense château dont elle ne connaissait que le hall d’entrée… Elle essayait tant bien que mal de retrouver son chemin quand quelqu’un lui rentra dedans :

 

« Hey ! Fais gaffe ! s’exclama un garçon.

-          Pardon, je n’ai pas fait exprès ! Mais permet moi de te dire que tu étais autant sur mon chemin que moi sur le tien, répliqua la jeune fille.

-          Pour qui te prends-tu à me répondre de la sorte. Tu ne sais donc pas qui je suis ?

-          Euh, non, désolée, répondit Gwendoline.

-          Bon sang, tu es vraiment ignorante ! Je suis Gideon d’Aquitaine, héritier du comte d’Aquitaine et par conséquent des pierres sur lesquelles se posent tes pieds. Et toi tu es... ?

-          Gwendoline, juste Gwendoline. Je viens vendre des tapis avec mon père. Je… ».

 

Un bruit l’interrompit. Il provenait d’une porte sur la gauche. Ils rapprochèrent et entrouvrirent la porte. Elle donnait sur un bureau dans lequel se trouvaient le comte d’Aquitaine avec homme que Gideon sembla reconnaitre. « Bernard ! murmura-t-il. ». Ce dernier tenait un poignard dans sa main tandis que le comte gisait par terre, comme assommé. Ils furent apeurés, mais Gideon, qui voulait sauver son père, y alla sans hésiter. Gideon voulait empêcher Bernard de poignarder son père et essaya d’attraper la main de Bernard qui tenait le poignard, Bernard pris de surprise, lâcha le poignard. Entre-temps le père du garçon s’était réveillé et vit le poignard qui lui tombait dessus et qui était passé dans la main de son fils. Malheureusement, ne voyant pas Bernard qui s’était reculé dans la pénombre, il crut que c’était son fils qui allait l’assassiner :

 

« Tu quoque, filiiiihhhhhhhh...Aaarrrgghhh !!!!!!!!! »

 

Bernard s’enfuit, il ne restait donc que le père mort, le fils, ainsi que Gwendoline pétrifiée de peur. Gideon était dévoré par la tristesse et la peur, qui dit :

 « Comment ai-je pu le laisser faire ça ???? Il faut que je parte car je vais être accusé. Je dois retrouver Bernard et me venger. Toi, tu viens avec moi !

-          Comment ça ? Je ne peux pas venir, il faut que j’aide mon père, à la ferme et ma mère pour les tapisseries. Je ne p…

-          Si tu crois que je vais te laisser ici alors que tu as tout vu, tu te fourres le doigt dans l’œil. Tu viens avec moi !»

 

Ils sortirent de la pièce avec précipitation après avoir pris de l’argent dans le coffre du défunt comte. Ils passèrent rapidement dans les cuisines pour prendre quelques provisions et coururent jusqu’à l’entrée du château, Gideon trainant Gwendoline d’une main ferme. Ils se dirigèrent vers les écuries.

 « Tu sais monter ? demanda Gideon.

- Oui, nous avons des chevaux à la ferme, répondit Gwendoline. Mais je ne peux pas venir avec toi, mes parents vont s’inquiéter s’ils ne me trouvent pas. Et puis ils ont besoin de mon aide.

- Non, c’est hors de question. Je ne te connais pas, qu’est-ce qui me prouve que tu n’irais pas tout raconter à l’instant où je serai parti ? Tout le monde croira que c’est moi qui aie tué mon père. On leur laissera un message si tu veux, pour qu’ils ne s’inquiètent pas trop. Maintenant selle ton cheval ! exigea Gideon. Nous passerons les nuits dans des auberges, demain nous devrions être à Al-cor.

- Où va-t-on ?

- A Crima-city.

- Crima-city ? On ne peut pas ! c’est rempli de brigands là-bas !

- Si, nous devons aller chez mon oncle. Nous devrions y arriver dans deux jours, si nous gardons un rythme soutenu.

- Qui est ton oncle ?

 - C’est Bernard. »

 

Là-dessus, ils sellèrent deux chevaux. Ils laissèrent, comme convenu, un message qu’ils donnèrent à un palefrenier.

 

Ils galopèrent jusque tard le soir, parlant peu, où ils s’arrêtèrent finalement dans une auberge pour prendre des forces. Ils reprirent la route dès l’aube, route qui fut plus enjouée, les enfants commençant à s’habituer l’un à l’autre et arrivèrent à Al-cor dans l’après-midi. Ils trouvèrent une auberge de bonne facture et décidèrent d’y dîner car ils n’avaient plus beaucoup de provisions. Gwendoline trouvait son compagnon plus aimable que lors de leur première rencontre et étrangement, elle leur trouvait de nombreux points communs, sans parler de leur apparence. Alors qu’ils soupaient tranquillement, ils remarquèrent un regard sur eux. Une femme les fixait sans s’en cacher. Elle était vêtue d’une cape noire et un capuchon lui dissimulait les cheveux. Les enfants se regardèrent nerveusement :

« Pourquoi elle nous fixe celle-là ? demanda Gideon.

-          Tu crois qu’elle est au courant de quelque chose ?

-          Impossible, personne ne nous a vu ! »

Finalement, la femme s’approcha d’eux, Gwendoline et Gideon étaient pétrifiés.

Elle parla d’une voix douce, presque chuchotante :

«Gwendoline, Gideon, je dois vous parler.

- Qu…Quoi ? Mais comment savez-vous qui nous sommes ? demanda Gwendoline.

- Je connaissais votre mère.

- Comment ça notre mère ? s’exclama Gwendoline. Gideon et moi, nous ne sommes pas frère et sœur. Nous ne nous connaissions même pas avant hier !

- Vous n’avez pas remarqué à quel point vous vous ressemblez ? Vous êtes pareils. Vous êtes jumeaux.

- Mais c’est impossible ! contesta Gideon qui avait enfin retrouvé sa voix. Je suis le fils du comte d’Aquitaine alors que Gwen vit dans une ferme. Je suis née le 5 mai 1555 alors que Gwen est née… t’es née quant au fait ?

- Euh… le 5 mai 1555, dit-elle en pâlissant à vue d’œil. Ce que je ne comprends pas, si ce que vous dites est vrai, Madame, c’est pourquoi nous a-t-on séparé ?

- Votre mère ne pouvait pas s’occuper de vous et le comte d’Aquitaine avait besoin d’un héritier. Son frère, Bernard de Crima, était un danger pour lui tant qu’il n’avait pas d’enfants. Mais deux personnes sont beaucoup plus dures à tuer qu’une, d’autant que, par miracle, vous avez eu une sœur après.

- Mais pourquoi nous a-t-on séparés ? s’écria Gwendoline

- Les jumeaux sont rares et apparaissent comme un présage de malheur. On vous a séparés pour vous protéger vous ainsi que, je l’avoue, la réputation du comte. Mais il a veillé à ce que vous ne soyez pas trop loin l’un de l’autre en te confiant, Gwendoline, à un de ses plus précieux vassal.

- Madame, il faut que vous sachiez, mon père…

- Je sais, il est mort. Bernard l’a tué, il va falloir lutter contre lui. Pour cela, vous devez vous rendre chez le magicien Melfla, dès demain. Il possède des armes hors du commun. Procurez-en vous, quoi qu’ils vous en coûtent. Ayez confiance en vous, vous pouvez y arriver. Votre mère était d’un courage sans failles. Je suis sûre que vous en avez hérité. Je vous souhaite bonne chance. »

 

Là-dessus elle se leva et sortit de l’auberge. Les deux jeunes gens filèrent se coucher mais aucun des deux n’arriva à fermer les yeux.

Comme décidé la veille ils se réveillèrent aux aurores pour se rendre chez le magicien Melfla. Ils se présentèrent, et en échange d’un de leur cheval, il leur donna des objets enchantés. Une épée capable de s’enflammer ainsi que l’ennemi pour Gideon et un sabre aux pouvoirs d’invisibilité pour Gwen. Tous deux avaient eu la chance de pratiquer l’escrime, Gideon parce que cela faisait partie de l’éducation d’un jeune noble, Gwen car son père souhaitait qu’elle puisse se défendre. Puis ils reprirent la route. Ils avaient parcouru plusieurs lieues et approchaient le lac qui séparait la région d’Al-cor de Crima-city quand soudain Bernard apparut accompagné d’une manticore, une créature monstrueuse avec une tête d’homme, un corps de lion et une queue de scorpion. Gideon et Gwendoline étaient abasourdis. Après la rencontre avec la femme de la veille, la révélation sur leur gémellité et la découverte d’armes magiques voilà qu’ils se retrouvaient devant une créature sortie tout droit des enfers. Gideon tira son épée magique qui enflamme celui qui la touche de son fourreau, celle que le marchand de la cité d’Al-cor lui avait donné contre son cheval. Gwendoline dégaina son sabre également. Commence alors un combat féroce. Pendant que Gideon attaque Bernard, Gwendoline combat la manticore. Elle attaque sans relâche jusqu’à ce que, enfin, elle arrive à tuer le monstre. Epuisée, elle regarde autour d’elle et stupeur ! Gideon et Bernard ont disparu.

 

Depuis que Gideon avait été enlevé, la nuit était tombée. Gwendoline s'était assise devant un feu de sa confection. Elle n'avait pas bougé depuis que Bernard avait capturé son frère jumeau. Quand elle avait vu que Gideon avait disparu elle s'était sentie terriblement impuissante. Que devait-elle faire ? Elle l'ignorait. Elle sentait de la terreur qui détruisait son estomac. Puis cette peur laissa place à une grande tristesse. Elle ne cessait de s'imaginer qu'il était encore à côté d'elle, malgré le fait qu’ils ne se connaissaient que depuis deux jours. Et si elle ne le revoyait jamais ? C’était son frère, après tout, et elle ne voulait même pas y penser ! Il fallait qu'elle le sauve. Et même si sa vie en dépendait.

 

Le lendemain, à l'aube, elle attachait déjà les voiles à un radeau qu'elle avait construit pendant la nuit. Elle noua les rennes de son cheval à un arbre et elle mit les amarres en direction de Crima-city alors que le soleil venait à peine de se lever. Elle n'avait même pas pris le temps de prendre son petit-déjeuner, même s’il n’aurait pas été très copieux. Le grand vide qui occupait tout son être cachait amplement sa faim. Déterminée à retrouver son frère, elle naviguait sur des eaux noires qui ne présageaient rien de bon. Le lac était immense et la partie qu’elle empruntait était entourée d'une énorme forêt. On aurait dit que les arbres avaient la peau fripée. Leur tronc était noirci par une haine que la jeune semblait connaître. Cette forêt devait servir à éloigner tout visiteur indésirable. Mais ce n'était pas ce qui intimidait la jeune fille. Ce qui la terrorisait c’est surtout que n'importe qui pouvait se cacher derrière un de ces arbres. Mais quand je dis n'importe qui, je pense à celui qui a enlevé Gideon. Soudain, un bruit sortit Gwendoline de ses pensées, un bruit d'eau semblable à celui d’une vague. Pourtant la mer était plutôt calme. Elle scruta l'eau et remarqua une ombre mais elle n'arrivait pas à définir à quoi, ou plutôt à qui, elle appartenait. Un autre bruit, cette fois plus fort, retentit. Elle rama deux fois plus vite. Mais l'ombre la suivait. Tout à coup, un immense engin sortit de la brume. C'était bateau entièrement composé de métal. Gwendoline comprit qu'elle ne pouvait rien faire face à cette monstrueuse machine. Elle accéléra le rythme avec le faux espoir de les semer. Deux minutes plus tard, elle aperçut un château sur la rive devant elle. Mais pas celui qui appartenait à une princesse aux joues roses. Il était bancal et même brûlé par endroits. Un nuage menaçant rôdait autour de lui. Elle sut que c'était à cet endroit que son jumeau était retenu. Le bateau se rapprochait inexorablement. Elle avait le choix entre les combattre avec une chance inespérée de survivre, en particulier entière et donc de ne jamais revoir son frère ou sauter dans l’eau, mais ses chances de survie étaient également minimes étant donné qu'elle ne savait pas nager. De plus, l'aura que dégageait le château n’avait rien de rassurant. Gwendoline choisit le deuxième choix et elle sauta en arrière, en criant. Quand elle arriva dans l'eau, elle regretta immédiatement sa décision. Le noir envahissait le peu de lumière qu'il y avait. Elle regardait cette dernière, tout en s'éloignant progressivement de cette douce chaleur rassurante. Sa dernière pensée fût pour Gideon.

 

« Qui va la chercher ? »

 Tout le monde répondit en cœur :

 « Pas moi

 -          Alors, on fait une licorne, vampire, momie pour nous départager, dit une autre voix sérieuse.

 -          D’accord, crièrent toutes les autres ! »

 Après un temps qui parut être une éternité, une voix retentit avec éclat.

 « OH NON !! J’ai encore perdu. La licorne est battue par la momie ! dit une voix aigüe. Maintenant, la finale ! 1.2.3, licorne, vampire, momie.

 Il y eut un silence puis une voix cria :

 « Cool ! J’ai gagné !

 -          Grrrr !!!! fait une voix caverneuse en retour. »

 

Avec une rapidité incroyable, la voix plongea dans l’eau et en tira Gwendoline. Elle ne tarda pas à se réveiller et cria une nouvelle fois quand elle vit, penchée sur elle, une femme avec les cheveux rouges, le visage d’un coq et le corps musclé d’un tigre.

« Comment te sens-tu, petite ? dit le monstre.

 -          A peu près bien répondit Gwen d’une voix tremblante et enrouée ».

 

Quand la bête détacha Gwendoline, elle commença à paniquer et à se poser mille et une questions. Que vont-ils faire de moi ? Vont-ils me manger ? Sont-ils vraiment méchants ?

Au fur et à mesure qu’ils s’enfonçaient dans le bateau, la panique s’empara d’elle. Quand elle entra dans ce qui semblait être le cœur du bâtiment, elle vit 15 monstres en cercle dans des fauteuils vivants en forme d’animaux dont un, en forme d’ours blanc, était libre.

« Assis toi, petite, dit une momie en désignant le fauteuil. »

Tremblante, elle s’assit sur le fauteuil en forme d’ours blanc, puis les monstres lui proposèrent de jouer à Vampire attrape Chauve-souris. N’osant refuser, elle demanda d’une petite voix :

 « Cela consiste en quoi ?

 -          C’est comme un chat, dit un des monstres d’une voix sérieuse.

 -         On commence, dit un autre des monstres à la peau de métal avec une horloge incrustée de rubis au milieu de son ventre. »

 

On commença donc à jouer, ce fut génial. On s’amusait comme des fous ! Très vite, la jeune fille se sentit parfaitement à l’aise et ne tarda pas à confier son problème à ses nouveaux amis. Elle leur raconta son frère, kidnappé par ce vilain Bernard et sa volonté d’aller le chercher. Enthousiasmés par cette promesse d’aventure, ils proposèrent instamment de l’accompagner, ce qu’elle accepta très vite. Comment refuser ? Que valait une jeune fille de douze ans face à un homme qui possédait un château et certainement des gens armés. Et surement plus encore puisque lors de leur dernière rencontre elle s’était retrouvée face à une créature des plus improbables. Non, décidément, elle ne pouvait refuser leur aide. Ils se dirigèrent donc vers Crima-city et son château.


      Ils ne tardèrent pas à arriver sur la rive et se dirigèrent, en passant par la forêt pour ne pas être vu, vers le château qui se dressait à l’horizon. Ils arrivèrent rapidement au pied de la colline où se trouvait le château de Bernard. Ils se remirent en route et arrivèrent enfin devant le château. Soudain Bernard sort de son château accompagné d’un dragon ! Gwendoline n’en croyait pas ses yeux, une nouvelle fois toutes ses croyances étaient remises en cause.

 « Gwendoline, vas chercher ton frère, on s’occupe d’eux, entendit-elle derrière elle. »

 

     Elle n’hésita pas plus longtemps et se faufila à l’intérieur du château. Où pouvait bien se trouver son frère ? Bernard aurait-il mis son neveu au cachot ? Non, tout de même pas, il devait être enfermé dans une chambre. Mais laquelle ? il devait y en avoir des centaines. Elle se collait contre les murs des couloirs, passant à pas de loup. Elle entendit bientôt une conversation venant d’une porte entrouverte donnant sur la cuisine.

 « Depuis qu’il est arrivé, le jeune maître refuse de manger, dit une voix rocailleuse.

-          Le pauvre est enfermé depuis hier dans la tour, comment peut-il avoir envie de manger ? répondit une autre voix, plus aigüe. »

 

Elle n’en écouta pas plus et se précipita vers la tour qui, heureusement, ne possédait, elle, que peu de chambre. Elle eut vite fait de retrouver son frère et ils se sautèrent dans les bras.

 « Vite nous n’avons pas le temps, nous devons aider mes amis à vaincre le dragon et Bernard.

 -          Comment ça un dragon ? depuis quand les dragons existent ? s’étonna Gideon.

 -          Ne m’en parle pas, répondit Gwen, et encore t’as pas vu mes nouveaux amis.

 

Ils allèrent jusqu’à l’entrée du château au pas de course et se précipitèrent dehors. Le spectacle était effrayant. Seuls certains des monstres étaient encore debout et se battaient vaillamment contre le dragon et Bernard, ces derniers ayant l’air de se porter comme des charmes. Sans hésiter d’avantage, ils se séparèrent, Gideon attaquant Bernard sans prêter attention aux drôles de créatures qui accompagnaient sa sœur et Gwendoline, le dragon. Le combat faisait rage, Gideon hurlant qu’il vengerait son père, et bientôt se fut fait. Bernard était à genoux devant Gideon qui le tenait en joue.

 « Pourquoi l’as-tu tué ?

 -          Je n’allais pas laisser un orphelin adopté récupérer mon héritage ! Déjà que ton père adoptif me l’avait volé. Tu ne crois sérieusement pas que j’allais faire cela !

 -          Tu savais donc que j’étais adopté ?

 -          Evidemment et même un aveugle aurait vu les différences entre vous.

 -          Maintenant je vais te tuer pour ce que tu lui as fait ! c’était ton frère, hurla Gideon, comment as-tu pu le tuer ? Tu es un montre dit-il en levant le bras prêt à assener le coup fatal.

 -          Non, je t’en supplie ne me tue… »

 

Mais avant que Bernard n’ait pu finir sa phrase, il fut projeté dans les airs par l’aile du dragon qui s’approchait de Gideon. Aidés de Gwendoline et de ses amis, biens plus monstrueux de l’extérieur que de l’intérieur, ils réussirent tant bien que mal à vaincre finalement le dragon.

 

Quand se fut fait, nos deux héros songent à retourner chez eux. Ils remercièrent chaleureusement leurs camarades, qui les aidèrent à traverser l’entendue aquatique,  en leur faisant promettre de venir les voir, et se mettent en route pour rentrer. Mais le château est si loin ! Ils se trouvent à une semaine de chez eux en marchant, n’ayant plus de cheval ! Et il y a des provisions que pour un jour.  Ils décidèrent donc d’économiser la nourriture et d’aller récupérer le cheval laissé par Gwendoline ! Et c'est ce qu'ils firent. Quelques jours plus tard, ils arrivèrent enfin chez eux. Ils avaient mis à profil le temps du retour pour parler et rattraper le temps perdu et arrivèrent au château, plus soudés que jamais.

 

Le soir même, ils mangèrent un festin, entourés de leurs deux familles unies. ! Le roi du pays leur remis de ses propres mains une statuette d'or, pour les récompenser d'avoir battu le dragon !



À cause de leur physique ingrat, Mireille, Astrid et Hakima ont gagné le "concours de boudins" de leur collège de Bourg-en-Bresse...

Les Petites Reines

le roman de Clémentine Beauvais, éditions Sarbacane

mis en scène au Théâtre de la Villette


QUIZ Harry Potter

Julie a envoyé à ses lecteurs Romangeurs trois quiz

sur les trois premiers tomes d'Harry Potter.

À votre tour de tester vos connaissances, tout(e) seul(e) ou avec vos ami(e)s !

Nous mettrons les réponses sur le site le mercredi 27 mai,

histoire de vous laisser le temps de vous replonger, peut être, dans la saga !

Quiz n°1 - Harry Potter à l’école des sorciers

 

1)      Quelles sont les quatre maisons de Poudlard ?

2)      Quelle maison Harry Potter intègre-t-il au début du roman ?

3)      Quel est son emblème ?

4)      Quel est le titre original du roman ?

Harry Potter à Poudlard

Harry Potter et la pierre philosophale

Harry Potter, l’apprenti sorcier

Il n’y a pas que les moldus

5)      Quel est le premier mot de passe de la salle commune ?

6)      Qui a libéré le troll ?

7)      De quelle race est le dragon de Hagrid et quel est son nom ?

8)      Combien Ron a-t-il de frères et sœurs ? Comment s’appellent-ils ?

9)      Quelle est la particularité du miroir de rised ?

10)   Quelle épreuve, pour accéder à la pierre philosophale, n’apparait pas dans le film ?

PS : Qui a créé la pierre philosophale ? quelles sont ses pouvoirs ? connaissez-vous d’autres livres qui en parle ?

 

Quiz 2- Harry Potter et la chambre des secrets

 

1)      Comment s’appelle la maison des Weasley ?

2)      Quelle créature est Dobby ?

3)      Qu’est-ce qu’une Beuglante ?

4)      Que se met à cracher Ron après un sortilège malencontreux ?

5)      Comment s’appelle la langue des serpents ?

6)      Quel est le premier mot de passe pour accéder à la salle commune ?

7)      Qui sont les quatre fondateurs de Poudlard ?

8)      Quelle est le nom de l’araignée de la forêt interdite ?

9)      Quelle créature se trouve dans la chambre des secrets ?

10)   Qu’est le journal de Jedusor en réalité ?

 

Quiz 3 - Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban

 

1)      Pour qui se fait-il passer dans le magicobus ?

2)      Qui est le fameux prisonnier, échappé d’Azkaban ?

3)      Quelles sont les deux nouvelles matières pour les élèves de troisième année ?

4)      Quel est le nouveau mot de passe pour le début d’année ?

5)      Qu’est-ce qu’un Détraqueur ?

6)      Quelles sont les créatures présentées par Hagrid dans son premier cours ?

7)      Quel est le nouveau balai de Harry ?

8)      Comment Hermione arrive-t-elle à suivre tous ses cours ?

9)      Qu’est ce que la carte du Maraudeur et quel est son mot de passe ? Qui sont ses créateurs ?

10)   Quel est le Patronus de Harry ?

PS : Quelle est la différence entre un animagus et un loup-garou ? Connaissez-vous d’autres romans qui évoque le mythe des loups-garous ?


Demandez les NOTES DE LECTURE DES ROMANGEURS !!



Avant de "partir en vacances", nous glissons dans la valise du Biblio-Home

6 grandes tragédies de Racine

enregistrées par les acteurs de la Comédie Française,

pour découvrir Iphigénie, Phèdre ou Bérénice


Benoit Peteers lui-même a adapté pour la radio

La tour, tirée des "cités obscures"

avec une musique originale qui vous surprendra,

découvrir que l'on peut écouter et voir avec les oreilles

un livre connu pour la puissance de ses dessins.



Nous continuons notre lecture avec les éditions Rageot
qui nous permettent de poursuivre le journal de 
de Sophie Rigal-Goulard

Les vacances, un bon moment pour découvrir deux classiques

de la littérature américaine, deux adaptations de Mark Twain :

Tom Sawyer

Huckelberry Finn

Enregistrements France Culture


Faites entrer la magie chez vous et transformez votre maison en Poudlard

en téléchargeant gratuitement

les activités magiques Harry Potter.


Nous remercions les Editions MeMo d'avoir mis en téléchargement gratuit ce beau roman graphique qui nous fera voyager jusqu'en Inde (comme Le livre de la Jungle) et nous permettra de découvrir l'histoire des indiens de la caste des intouchables :
histoire de vie de Bhimrao Ramji Ambedkar
Texte de S. Natarajan et S. Anand / Dessins de D. Vyam et S. Vyam

Écoutez un enregistrement des

Fables de La Fontaine, autour du lion

lues par Ariane Ascaride, réalisé par France Culture


Suite au naufrage de plusieurs navires attaqués par une créature mystérieuse,

la marine américaine charge le professeur Aronnax de retrouver le monstre.

Écoutez le concert-fiction de Radio France, adapté de

20000 lieues sous les mers, de Jules Verne

 


Découvrez un dossier sur Jules Verne, le visionnaire

réalisé par France Culture


Découvrez le journal de "quatre sœurs à la maison"

Semaine 1 : Toujours groupées,

de Sophie Rigal-Goulard, éditions Rageot


Pour nos grands lecteurs Jean-Pierre Vernant, spécialiste français de la mythologie, nous parle des voyages d'Ulysse.

L’art et la manière de s’adresser aux jeunes lecteurs aussi bien qu'aux adultes...


L'auteur Vincent Villeminot (Instinct, U4, avec Yves Grevet, Carole Trébor et Florence Hinckel) se lance dans l'écriture d'un feuilleton, qui deviendra de toute évidence un roman, pensé et rédigé au rythme du confinement.

"Facebook / Vincent Villeminot

 

 

Chers confinés, Chères confinées,

Bon, on fait quoi ?

Je me demandais comment je pouvais être utile, et je me suis dit qu'on pouvait continuer de raconter des histoires. Offrir un quart d'heure de lecture par jour (ou une heure par semaine) à chacun et chacune, comme un rendez-vous commun, tant que tout cela dure.
Un feuilleton.

Alors voilà, on en a parlé avant-hier avec Pocket Jeunesse, et comme ils sont toujours partants pour une histoire de guedins, on vous offrira, à partir de demain, un chapitre quotidien.
Histoire de vivre et de s'évader ensemble, un quart d'heure par jour, au rythme du confinement de Jo, Louna, Simon, Blanche et les autres, sur leur île –
en attendant de pouvoir retrouver nos libraires préférés, après ;
de pouvoir dévaliser de nouveau les médiathèques et les CDI ;
en attendant les salons, les festivals.

Parce qu'on n'attend que ça, n'est-ce pas ?

*

D'ici là, dès demain, vous pourrez lire tous les jours l'histoire de ces huit gamins, de cette catastrophe, et de leur île coupée de tout. Confinée.
Avec vue sur le monde en flammes.
Ça s'appelle *L'Île* (ou *L'Île d'A*, on est en train de trancher).

C'est une histoire que j'avais commencée au cours de mon séjour dans le sémaphore de l'Île d'Aix, et provisoirement mise au repos. Je n'arrivais pas à l'écrire hors de l'île. Mais désormais, nous sommes des archipels…

Depuis deux jours, je suis en train de tout reprendre, pour reconstruire le début en feuilletons quotidiens. J'ai pour l'heure, en gros, deux semaines d'avance sur vous, les lecteurs et lectrices. Maintenant, il va falloir inventer la suite, les deux derniers tiers, la fin, et les deadlines vont se raccourcir.
Grâce à Xavier, mon éditeur, et à Marianne, sa partenaire, on espère que ce sera nickel et cohérent, et haletant.
Grâce à Marie et à Valentine, on espère que vous pourrez le lire partout.
C'est le pari.

*
C'est gratuit, bien entendu ; ce sera de la lecture numérique imprimable si vous voulez reposer vos yeux.
Ça s'adresse à des collégiens et des lycéens, donc vous pouvez l'utiliser si vous voulez sur vos ENT - histoire de commencer ou de continuer le " quart d'heure lecture " de vos établissements.
C'est libre d'exploitation, le temps de cette période, donc si vous voulez enregistrer des lectures audio, les mettre en musique, les diffuser, amusez-vous, partagez.
Si vous voulez dessiner l'île, les personnages, imaginer des suites, illustrer, graver, amusez-vous, partagez…

On se donne rendez-vous demain vendredi 20 ?

[photo ©Juliette, dans le sémaphore, il y a un an.]

[ÉDIT : CE SERA SUR CETTE PAGE, SUR CELLE DE POCKET JEUNESSE, ET SÛREMENT AILLEURS, TOUS LES JOURS À 18H.]"

 

L'île